project area v1La région SW, dans laquelle le projet est situé, est un point chaud de biodiversité d'importance mondiale qui supporte une grande diversité d'espèces animales et végétales, de grands nombres avec des aires restreintes et dont beaucoup sont menacées (Cameroun 4ème Rapport National de la CDB, Chap 1 Section 1.1, 2009). La zone du projet s'étend de 180m à 2900m d'altitude, avec une transition des forêts de plaine, des forêts montagnardes et des savanes montagnardes, conférant un extraordinaire degré de diversité des écosystèmes, habitats, plantes et animaux à tous les taxons. Il fournit également un large éventail de ressources biologiques et de fonctions écosystémiques. La zone du projet SUFACHAC comprend 06 aires protégées même si 03 d'entre elles doivent encore avoir un statut légal officiel. La liste complète des AP comprend :
- le Sanctuaire Animalier de Bayang Mbo (66 200 ha);
- le Parc national de Bakossi (29 320 ha),
- le Mont Kupe qui représente une Réserve écologique intégrale de (4,667 ha),
- le Projet de réserve écologique intégrale du mont Manengouba,
- le Réserve naturelle de Tofala Hills (8087 ha),
- le Projet de réserve faunique Mak-Betchou (5900 ha).
La surface totale pour les Unités d'Exploitation Technique (UET) est de 459 468 ha.


La mise en œuvre du projet
SUFACHAC est mis en œuvre dans la région du Sud-Ouest - un point chaud de la biodiversité d'importance mondiale qui soutient une grande diversité d'espèces animales et végétales, un grand nombre de gammes restreintes, la plupart étant menacées. La zone du projet fait partie de la chaîne de montagne volcanique qui relie le mont Cameroun avec le massif de l'Adamaoua. La chaîne de montagne protège un paysage boisé dense et vallonné qui couvre une grande partie de la région du Sud-Ouest. Cet ensemble de caractéristiques ont fait du Sud-Ouest un sujet d'investissement à long terme dans les efforts de conservation et de développement par plusieurs acteurs nationaux et internationaux, mais le ministère de l'Environnement a été largement absent de ce processus. Le résultat est que la qualité des études d'impact environnemental et social des projets de développement à proximité a été faible et inexistante pour la gestion des aires protégées, même si les deux exigent EIES selon le cadre juridique camerounais sur l'environnement. La mise en œuvre effective sur le site se concentre dans le Paysage Bakossi, Bayang et Mbo.

FaLang translation system by Faboba